0

Les pots classiques

De forme plus ou moins compliquée, on n’y cultive en général qu’une seule plante à la fois, sauf s’ils sont grands. Prévoir une forme adaptée au type de plante que l’on veut y mettre : ce n’est pas la peine de choisir un pot trop haut s’il doit contenir une plante tapissante, car ses racines ne sont pas profondes. Pour un arbuste ou un petit arbre, voyez grand (attention : il faudra beaucup de terreau pour le remplir et il sera lourd…).

Les jardinières

De forme allongée, on y cultive plusieurs plantes côte-à-côte. Elles peuvent être posées par terre (pour les plus grands modèles) ou accrochées au balcon. On les appelle aussi “bac à plantes”. Elles sont adaptées aux petites plantes à fleurs, mais pas aux végétaux de grande taille (les arbustes, les grandes plantes à feuillage ou à fleurs).

Les caisses

Version grand modèle et élégante des bacs, elles sont le plus souvent en bois ou en matériau composite. On peut y cultiver des arbustes ou de petits arbres selon leur volume. Le hic du chic, c’est le prix : les caisses à plantes coûtent plusieurs centaines d’euros…

Bacs à réserve d’eau : pas pour l’extérieur

Ces bacs en plastique comportent un double fond qui reçoit plusieurs litres d’eau en partie basse. Bien pratique pour donner plus d’autonomie aux plantes d’intérieur, ils se transforment en aquarium à l’extérieur, puisque l’eau de pluie s’y accumule sans s’en échapper. Les plantations finissent par y périr. On peut les envisager uniquement à l’abri de la pluie (souvent sous un auvent par exemple).

Contenant en terre ou plastique ?

Bon marché, le plastique est moins stable face au vent que les pots de terre, qui sont quant à eux parfois trop lourds. La différence entre les deux :

  • L’esthétique : le plastique imite de mieux en mieux la terre cuite, mais on aime ou pas…
  • Les besoins en arrosage : le plastique retient mieux l’eau que la terre cuite, ce qui plaît à de nombreuses plantes (celles de terrain humide par exemple), mais déplaît à autant d’autres (celles qui aiment les sols secs). Sur une terrasse ensoleillée et ventée, le plastique évite un dessèchement trop rapide. La terre cuite vernissée a les mêmes propriétés que le plastique.
  • Le budget : Le prix de la terre cuite a beaucoup diminué et les nouvelles solutions (bacs en fibre de béton) allient design et prix raisonnables.
  • Le gel : seuls les pots portant une étiquette avec des flocons résistent au froid. La terre cuite vernissée finit en miette dans les régions où il gèle fort. Le plastique n’a pas cet inconvénient.
Ecrire un commentaire
*
*

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Derniers articles publiés

Janvier : que faire au jardin au mois de Janvier ?

Mois hivernal et très froid, Janvier apporte gelées et neige....

Les tâches essentielles à ne pas oublier au jardin cet hiver

Votre jardin a toujours autant besoin de vous, quelque soit l...